Éric Bolduc XYZ

Coach Communications & Promotion

Pourquoi soutenir L’imprimerie centre d’artistes

Éric Bolduc, Lakshmi, 2009, feutre et aquarelle, d'après l’œuvre de Harish et Isandeep Johari – tirage numérique, jet d’encre sur papier 100% coton

Éric Bolduc, Lakshmi, 2009, feutre et aquarelle, d'après l’œuvre de Harish et Isandeep Johari – tirage numérique, jet d’encre sur papier 100% coton

La plupart d’entre nous avons déjà embrassé des causes humanitaires en contribuant à des campagnes de don annuelles. Pour ma part, j’ai donné pendant plusieurs années à des organismes tels Centraide, Greenpeace et Médecins sans frontières.

Aujourd’hui, je vous propose d’appuyer une cause qui compte encore plus à mes yeux : les artistes en arts visuels.

L’artiste au cœur de l’organisme

Donner à L’imprimerie, c’est améliorer concrètement les conditions de vie des artistes créateurs, et bien au delà des aspects matériels :

  1. Des moyens de production de haute qualité qui demeurent abordables ;
  2. Un environnement de travail sain, tant physique que psychologique ;
  3. Une communauté – en d’autres mots, s’attaquer à l’isolement des artistes ;
  4. Une structure qui prône la coopération et surtout l’implication des membres dans la vie du centre, en passant par la gestion de projets, l’administration et autres initiatives favorisant la professionnalisation ;
  5. Des valeurs humanistes et progressistes : entraide, reconnaissance de l’apport des membres, développement des compétences, respect des personnes, etc.

Un modèle d’affaires responsable

Donner à un centre d’artistes comme L’imprimerie, c’est aussi soutenir un modèle innovant d’économie sociale, durable et démocratique, d’autogestion et d’autodétermination, et qui fut inventé ici !

Les centres d’artistes autogérés sont des organismes artistiques-culturels qui semblent représenter une configuration propre au Canada et au Québec.

Les centres d’artistes autogérés constituent un modèle qui favorise le soutien de l’imagination, de l’expérimentation créative et qui touche l’action sociale et communautaire, dans un contexte flexible, dynamique, multidisciplinaire et ouvert à la création d’un réseau stable de collaboration.

Ils assurent une présence active dans le milieu de l’art et ils sont une porte d’entrée privilégiée pour beaucoup d’artistes qui débutent dans le circuit des lieux d’exposition professionnels (Gilbert et al. 2005). Ce modèle est reconnu comme très innovateur et peut sans doute inspirer d’autres villes qui s’intéressent au développement de la cité ou de la classe créative, et en particulier à sa composante artistique, comme cela semble être le cas de plus en plus de villes (Markusen 2006 ; Markusen et King, 2003).

Les centres d’artistes autogérés constituent un modèle fort original d’organisation de la production et de la diffusion artistique ; ils constituent en quelque sorte un modèle d’écosystème créatif, composé d’artistes qui se regroupent dans des secteurs géographiques spécifiques de la ville. Ces centres sont des collectifs d’artistes qui sont d’ailleurs devenus des communicateurs, gestionnaires, producteurs, diffuseurs et ce, sans abandonner leur raison d’être première : la création d’œuvres. – Diane-Gabrielle Tremblay, Les centres d’artistes autogérés et leur rôle dans l’attraction de la classe créative

Image du haut : Déesse de la fortune et de l’abondance, Lakshmi est une bienfaitrice qui aide à développer la richesse intérieure. Debout sur un lotus, des pièces d’or s’écoulent d’une main, et d’une autre, elle bénit les fidèles.

> Suivant — Modalités de don et reçu pour fin d’impôt
< Précédent — L’imprimerie : ses origines

^ Retour : Appuyer L’imprimerie centre d’artistes

%d blogueurs aiment cette page :