Éric Bolduc XYZ

Coach Communications & Promotion

Simon Beaudry – 3

Profession image

Ma pratique comme telle a commencé officiellement en décembre 2011 à Chicoutimi. On y trouvait des œuvres que j’ai faites surtout dans d’autres contextes, des commandes pour la fête nationale, des travaux pour le magazine Urbania auquel je collaborais, des campagnes pour Canal D, avec Astral. Il y avait un certain nombre de visuels autour de la même thématique. C’était un intérêt que j’avais. J’ai simplement décidé de prendre ses œuvres là et d’ajouter celles que j’ai faites dans le collectif Identité québécoise*, d’en créer quelques autres et mon projet s’est fait sur quatre ans avant la première exposition. Les premières œuvres datent de 2008-2009. Mais c’était inconscient à ce moment là.

J’ai travaillé pour l’agence Bos (devenue DentsuBos) pendant 13 ans. Je l’ai quitté en mars 2015, et j’ai continué ce métier à la pige un moment. Je suis devenu depuis directeur de création principal pour K72, une nouvelle agence que je bâti avec Benoît Bessette. On fait du design, de la pub, du web, je développe entre autre l’OSM et le MBAM au niveau de la pub et des pièces de design.

Maintenant, je me définis beaucoup plus comme un créateur, où je peux faire autant de l’art visuel que de l’art commercial, publicitaire, du design. J’aimerais faire plus d’affiches, j’ai déjà fait des génériques pour le documentaire Québékoisie, le film Whitewash d’Emmanuel Hoss-Desmarais, ce sont des choses qui m’intéressent aussi.

simon_001_photo-guy-lheureux
Simon Beaudry, Véhicule et scalp, une pratique artistique en mutation, présenté au centre d’art Diane-Dufresne, Repentigny, 2016. © Photo : Guy L’heureux

Pratique polymorphe

Le Drapeau Unilys est vraiment la première œuvre que j’ai faite. C’est ma vision du Québec. Au lieu d’avoir quatre morceaux séparés les uns des autres, les quatre morceaux sont réunis en un seul lys, fort et affirmé.

J’aimerais de plus en plus que ma pratique soit transdisciplinaire, qu’elle mélange les disciplines, que ce soit éclaté. J’aime aussi inclure des écrits, au-delà de la bio et la démarche, il y a le contenu en soit, ce que je veux dire finalement avec une exposition comme celle là. Par exemple, de reprendre le manifeste d’Identité québécoise, c’est pour moi quelque chose de fondamental. Il s’agit d’un moment où je me cherchais et avec des amis on essayait de canaliser une énergie – en tous cas un intérêt pour le Québec. Ça a été comme une pierre d’assise du début.

> Suivant : Culture métissée / Identité mixte
< Précédent : La politique / Québec – pays réel

 

* Le collectif Identité québécoise fut actif de 2007 à 2010.

Image du haut : Simon Beaudry, Drapeau Unilys, 2008, durée : 00:25. Design d’animation : MAZ. Proposition d’un nouveau drapeau Québécois laïc où l’idée principale est l’unification de ses quatre morceaux actuellement séparés. Le symbole de la nation québécoise, le lys, devient plus grand et plus affirmé évacuant l’image du catholicisme symbolisé par la croix blanche.

Plus d’information sur la signification du Drapeau Unilys

%d blogueurs aiment cette page :