Éric Bolduc XYZ

Coach Communications & Promotion

Simon Beaudry – 6

Léché et ludique

Je fais ça de façon très sérieuse. C’est un univers qui m’habite et je le transpose comme ça. En même temps, je conçois le côté un peu quétaine de ce que je bâtis et je l’assume. Je n’en ai pas honte. Quand on invente un univers, on ne sait pas où est-ce que ça s’en va et c’est certain qu’on se retrouve dans le « méta ». Effectivement, si on verrait ces choses là débarquer, ce serait sûrement aussi risible qu’impressionnant.

L’humour dans ma démarche est arrivé naturellement. Je trouve qu’avec l’humour vient une ouverture beaucoup plus grande. J’ai l’impression de pouvoir dire des choses plus radicales – directes – de cette façon ; on dirait que c’est plus accessible.

Ici j’ai inclus une vidéo à l’intérieur d’une sculpture. J’ai commencé à jouer avec les vidéos à ce moment-là et je ne les traitais pas en film avant ; c’était l’idée de faire vivre la sculpture, de l’animer. Le fléché prend la forme d’un vortex, comme dans un jeu vidéo. On s’en va où ? Ça, on ne le sait pas. C’est en continu, ça tourne, ça monte. La direction n’est pas claire, un peu comme l’idée du chantier mais transmise d’une autre façon.

Simon_vortex.jpg
Simon Beaudry, Véhicule 4, Vortex, 2012-2013, vidéo

Une autre idée était d’utiliser une caméra qui retransmet l’image du spectateur à l’intérieur même du véhicule. Tout le monde peut ainsi s’approprier et conduire le véhicule. Je l’ai appelé L’encyclopédie, en faisant un jeu de mot avec le Cyclope dans l’Odyssée d’Ulysse. Je trouvais ça intéressant le Cyclope berger qui compte les moutons. Dans cette histoire, Ulysse est un prisonnier et il réussit à s’en sortir en crevant l’œil au Cyclope et en s’accrochant sous un mouton. Il y a le symbole à nouveau de quelqu’un à l’intérieur du véhicule. Et toujours cette idée de se sortir de quelque chose.

Simon_main.jpg
Simon Beaudry, Relations Québec-Canada, 2015, impression jet d’encre, 5 x 50cm x 75cm et 1 x 50cm x 95cm, édition de 3 chacun

Ici, c’est la première fois où le croisement de la publicité et de l’art, dans une réalisation, était aussi marqué. À la base, j’ai été approché par les gens de Oui Québec qui m’ont demandé, dans le cadre des élections fédérales, de faire une campagne de publicité. Mais ils n’avaient pas trop de budget. J’ai dit OK ça me tente, je n’ai pas le temps, y’a pas un sous, mais c’est trop parfait. Je me suis emballé et j’ai engagé des photographes, des stylistes. Ça m’a coûté quelque chose comme 3000 piastres. Je me suis dis que ces œuvres étaient à moi, six œuvres qui m’appartenaient. Le montant que j’ai reçu, 650 $ je pense, devenait une licence pour qu’eux les utilisent. Ils étaient d’accord et ont payé aussi pour l’espace média et l’impression pour deux bilboards qui se sont retrouvés à Berri-Ontario. L’œuvre s’est emparé de l’espace public, par l’entremise des médias publicitaires.

Simon_crayon.jpg
Simon Beaudry, Relations Québec-Canada, 2015, impression jet d’encre, 5 x 50cm x 75cm et 1 x 50cm x 95cm, édition de 3 chacun

Quand je diffuse une œuvre en centre d’artistes, l’audience reste limitée. Là, c’était comme une performance mais par la publicité et dans l’espace médiatique.

Dans mes débuts en publicité, quand je suis sorti de l’école en 2000, je voulais faire de la pub parce que je voulais exposer mes affaires sur des bilboards, dans les journaux, à la télé. Avec le temps, je me suis rendu compte de la portée limitée au niveau des idées. Lorsque je faisais des campagnes de Slush mettons avec de la liposuccion, je me disais hum, je véhicule le culte de la jeunesse à outrance, la beauté irréelle – ça n’existe pas. Dans ma tête, j’essayais toujours de trouver une façon de faire de l’art finalement. Mais c’était très encarcanné. Maintenant, j’utilise tout ce bagage là en art, y compris les médias reliés à la diffusion commerciale.

_Simon_QCECOSSE_004.jpg
Simon Beaudry, Risk is opportunity, 2014 / 2016, impression jet d’encre, 16 po x 12 po, édition de 3. Photo : Éric Piccoli
> Suivant : Dans la tête de l’artiste / Moteur de création
< Précédent : Le conducteur / Le véhicule

 

Image du haut : Simon Beaudry, Élections, 2015, pénis en caoutchouc, ceinture fléchée tressée, mains de mannequin, édition de 1. Collection : Alexandre Taillefer et Debbie Zakaib. © Photo : Guy L’heureux, Véhicule et scalp, une pratique artistique en mutation, présenté au centre d’art Diane-Dufresne, Repentigny, 2016.

Crédits additionnels

Véhicule 4, Vortex : pièces de moto en fibre de verre, acier, bois de wapiti, Vortex fléché, vidéo HD, 2012, édition de 1. Design d’animation : MAZ, son : Mathieu Morin, Lamajeure.

Relations Québec-Canada : production : Simon Beaudry et L’Éloi, conception et direction artistique : Simon Beaudry, photographie : LM Chabot, maquillage : Amélie Thomas, stylisme : Flavie Lechat, mains : Vincent Beaudry et Simon Beaudry, retouches et impression : Centre d’art Sagamie, Étienne Fortin, LM Chabot.

%d blogueurs aiment cette page :