Éric Bolduc XYZ

Coach Communications & Promotion

Simon Beaudry – 7

Dans la tête de l’artiste

Ces œuvres là font partie de La charge de l’orignal épormyable. Il y a tout une partie au milieu qui est reliée. La vidéo, c’est une œuvre que j’avais faite à Chanter libre 4 où je défonçais une porte. Déjà, l’accoutrement du casque avec panache avait changé. C’était un uniforme plus aérodynamique, avec un casque de hockey fléché. Et là je m’élançais et je défonçais une porte. J’ai fait cette performance sans l’équipement adéquat pour protéger ma tête comme il se doit.

Simon_charge_06.jpg
Simon Beaudry, La charge de l’orignal épormyable, 2014, vidéo / performance, 1920 × 1080, H.264, durée : 01:44

Après ça, j’ai eu 3 jours de mal de tête. J’ai voulu clarifier la situation en passant des scans. Puis, en m’intéressant aux scans, j’ai vu une séquence, partant de petit à gros et redevenant petit.

Je me suis dit que ce serait bien si le noir devenait rouge et le cerveau, ou l’espace pour le cerveau, bleu. Je transpose évidemment ici une dynamique Québec-Canada, contenu-contenant. Mais ça pourrait être n’importe quelle identité du monde. Il y a toujours des rapports de force entre dominants et dominés. Dans ce cas là, la tache bleue dans le fond qui réduit dans la surface rouge, je trouvais ça fort. J’ai appelé ça Assimilation tranquille.

simon_cerveau_tween
Simon Beaudry, Assimilation tranquille (tissus mous), 2014 / 2016, 1658 × 962, H.264, durée : 01:05

Moteur de création

Ma pratique déborde, ça n’arrête plus. Au départ, c’était plus stiff, bien carré, et là, ça prend plusieurs formes. Je n’aurais jamais pensé faire des œuvres à partir des scans de mon cerveau par exemple.

Simon_jonction_001.jpg
Simon Beaudry, Point de jonction, 2013, vidéo, volet 1 de la trilogie de la décadence identitaire, 1920 × 1080, H.264, durée : 01:24

Ici c’est la trilogie de la Décadence identitaire, où j’utilise des archives que j’ai trouvées sur YouTube que je monte pour fabriquer un autre sens. Comme avec Lasagne et le caporal, le soldat Cloutier pendant la crise à Oka. Lui le militaire, il a mal viré ; il avait des problèmes de drogue et tout ça arrivait en même temps j’imagine. Il s’est fait expulser de l’armée et a fait un film de soft porn, dans lequel il s’est lui-même mis en scène. Dans le film, il rencontre l’autre (ici une femme), qu’il déshabille. D’un côté on a le choc des identités qui ne se mélangent pas. Et de l’autre on a vraiment le mélange, la symbiose.

Simon_rupture_001.jpg
Simon Beaudry, Point de chute, 2013-15, vidéo, volet 2 de la trilogie de la décadence identitaire, 1920 × 1080, H.264, durée : 04:40

L’autre vidéo c’est la juxtaposition de l’attentat en 86 de Caporal Lorti qui est rentré à l’Assemblée nationale, a tué trois personnes et en a blessé 14, et de Marois qui s’est fait tirer dessus au Metropolis. En croisant les deux, quand on écoute le son, on a Lorti qui lance son dentier et là Marois revient à reculons. Le tout brought to you by Radio-Canada, une espèce de grosse machine dans laquelle tu rentres. Il s’agit d’un vieux logo d’archives que j’ai trouvé des années 80. Alors, il lance son dentier, Marois s’en va, le dentier revient, Marois revient. Au départ, c’est un propos sur la langue, le contenu de la parole. Après ça, quand elle parle d’indépendance, lui il va tirer dessus. Et ça va arriver deux fois ça, comme pour les référendums.

La charge de l’orignal épormyable, on le retrouve là avec d’autres types de scalps de protection. Ici, c’est la sépulture du personnage, comme si on avait retrouvé son vrai corps. Oui il est mort et en même temps il a déjà existé. C’est une preuve. Si on est capable de rapprocher le passé du présent, ça fait en sorte qu’il existe toujours.

> Suivant : Nécropolitique / Un vrai fake
< Précédent : Léché et ludique

 

Image du haut : Véhicule et scalp, une pratique artistique en mutation, présenté au centre d’art Diane-Dufresne, Repentigny, 2016. © Photo : Guy L’heureux

Crédits additionnels

La charge de l’orignal épormyable : œuvre conçue à partir d’une performance faite à Montréal, le mardi 4 mars 2014 à 16 heures, dans le cadre de Chantier libre 4, Atelier Jean Brillant. Production : Roméo & Fils, producteur : Martin Henri, réalisateurs: : Kristof Brandl et Simon Beaudry, assistant : Vlad Cojocaru, DOP : Gabriel Brault Tardif, montage : Kristof Brandl, coloration : Kristof Brandl, accessoiriste : Stéphane Grisé, son et échantillonnage : Jean-David Perron / Lamajeure, musique : The Grid, Daft Punk (Remixed by The Crystal Method).

Vidéo : La charge de l’orignal épormyable

Assimilation tranquille (tissus mous) : œuvre conçue à partir d’un scan de resonance magnétique (tissus mous) de l’artiste, suite à l’œuvre La charge de l’orignal épormyable, 2014.

Point de jonction : La partie gauche du film montre la confrontation entre le Warrior Mowhak Brad Larocque et le soldat Patrick Cloutier lors de la crise d’Oka de 1990. La partie de droite montre le même Patrick Cloutier interprétant son propre rôle dans le film de soft porn Quebec sexy girls II en 1994, recréant la célèbre confrontation. Réalisation : Simon Beaudry, montage : Vincent Lebègue, postproduction : MAZ, son : Mathieu Morin / Studio Lamajeure, musique : NDN Stakes (feat. Sitting Bear) / A tribe called red / album: Nation II Nation.

Point de chute : La partie gauche du film montre l’attentat au Métropolis de Montréal lors du discours de la chef Pauline Marois célébrant la victoire Péquiste le 4 septembre 2012. Bilan : 1 mort, 1 blessé. La partie de droite montre le caporal Denis Lortie qui s’est introduit à l’Assemblée nationale le 8 mai 1984. Bilan : 3 morts, 13 blessés. Réalisation : Simon Beaudry, montage : Vincent Lebègue, postproduction : MAZ, son : Mathieu Morin / Studio Lamajeure.

%d blogueurs aiment cette page :